Le point en Chine… arts martiaux ? glande ? travail ? envies… ?

Voilà bien longtemps que je n’avais pas alimenté ce blog, et j’en suis désolé, mais il est vrai que mes activités du moment m’occupent l’esprit bien plus que tout autre chose. Alors, où en est-on en Chine ? Et bien, je vais tenter de résumer ces derniers mois…

Tout d’abord, j’ai passé seulement un mois dans une école de Kung Fu. En effet, en venant à Wudang Shan, mon souhait était d’apprendre le Tai Chi local, qui fait tant parler de lui dans le monde des arts martiaux. Seulement, dans l’école où je me trouvais, le cours de Tai Chi était « dirigé » par le maître de l’école (Chen Shiyu), qui avait pour mauvaise habitude de déserter la place, parfois pendant 4 ou 5 jours entiers. Ayant vite compris ce petit manège, j’ai demandé à m’entrainer avec les jeunes chinois, dans la classe de wushu traditionnel, mené par l’assistant du maître, toujours présent, lui. Alors, comment se déroulait cette classe ? En simplifiant, je dirais qu’ils cherchent à apprendre un maximum de formes, le plus vite possible, sans aller au fond des choses. J’ai donc appris trois formes en un mois – en torturant mon genou droit – sans que m’ait vraiment été expliquées les applications de chaque mouvement, ce que je trouvais vraiment dommage. Résultat, j’ai aujourd’hui presque oublié ces formes, et pour dire vrai, je ne me sentais pas passionné du tout par ce type d’entrainement, mais ça me semblait toujours préférable à la classe de Tai Chi, qui se trouvait très régulièrement sans professeur… Ma motivation pour ces écoles a encore chuté après que plusieurs français, venant d’écoles différentes, m’aient fait des descriptions peu élogieuses de leurs entrainements.

Ecole de Chen Shiyu - Accroupi, son assistant

Pour en finir avec les arts martiaux, je dirais que l’envie n’est plus là pour l’instant, du moins en ce qui concerne les arts martiaux chinois (mis à part le Tai Chi style Chen), car ma passion pour le Karaté et mon désir de pratiquer le sabre japonais n’ont jamais été aussi grandes ! Au moins, ce séjour me conforte dans ma passion première, il semble que je sois vraiment un karatéka. Je continue à apprendre un peu de Tai Chi, et à me maintenir en forme physiquement (bien que ce ne soit pas le top), mais un séjour prolongé dans une école de wushu n’est pas à l’ordre du jour, et vous allez comprendre pourquoi…

Séance abdo !

Après mon départ de l’école de Chen Shiyu en juin dernier, j’ai rejoint la chinoise que j’avais rencontré à l’école. Direction Nanchang, capitale de la province du Jiangxi, qui se trouve au Sud de la province du Hubei, où se situe Wudang. Nous avons passé un peu plus d’un mois ensemble, en restant principalement à Nanchang, dans l’une des nombreuses universités de la ville – la plus grande en fait. Au programme, shopping (j’ai fait un effort, car je déteste ça…), restaurants, cinéma, sorties, et… bref. Des moments bien sympa en tout cas ! Mais ne nous sommes pas restés à Nanchang pendant un mois entier. Premier petit voyage de deux jours dans les montagnes de Lu Shan (庐山), toujours dans le Jiangxi, lieu important pour l’histoire, la religion, la peinture et la poésie chinoise, et haut lieu de tourisme. Pas plus de détail pour l’instant, deux photos suffiront, je consacrerai un article entier à Lu Shan très bientôt.

Bâtiments style anglais à Lu Shan

Hoooo.... c'est joliiiii....

Lu Shan et "ses" paysages superbes

Deuxième séjour dans la ville de Fenghuang dans la province du Hunan, où sommes restés 4 ou 5 jours. La ville des amoureux il parait… Venise en miniature ? Pas vraiment, mais une ville en deux parties, dont la plus ancienne est assez typique d’une ville qui a les pieds dans l’eau. Très jolie, mais également très petite, ce que préfèrent les chinois dans cette ville, ce sont probablement les innombrables bars qui s’y trouvent – surpeuplés au moment de notre visite. Bien sûr, je déteste toujours autant les bars, quel qu’il soit, mais je faisais encore une fois des efforts de tolérance, histoire de faire plaisir… Le reste du programme ? Descente de rivière sur boudin gonflable (avec bataille d’eau au menu, oui oui, comme des enfants, la Classe à Dallas), visite d’un pseudo village ethnique Miao (苗), accompagnée de danses folkloriques, repas local (repas typiquement Miao, non non, juste repas chinois de base en fin de compte). Pour terminer, balade dans des gorges, non loin du village. Des passerelles tout de même bien dangereuses, à peine fixées à la paroi rocheuse et sans barrière de sécurité, il vaut mieux garder un œil sur les enfants !

Bataille d'eau à 1 contre 10, pas juste !

Costume traditionnel Miao

Après un mois en compagnie de ma chinoise, retour à Wudang, et trois semaines plus tard, la voilà qui décide de venir me rejoindre ici, où elle restera pendant un mois également. Rien de particulier à signaler, première visite des Monts Wudang, sous un ciel bleu magnifique, photos à l’appui, jugez par vous même…

A droite, le temple de Nanyan Gong

Wudang Shan sous un ciel clément

Après son départ, trois semaines de glande à Wudang, et je m’en allais pour Guilin, dans le Guangxi, où je rejoignais mon pote Julien et ma cousine Alizée, venus en Chine pour une durée de 3 semaines. Après d’innombrables trajets en train et en bus, nous permettant de visiter autant de sites touristiques, petit passage par Wudang et fin de leur séjour à Nanchang, où je reste une fois de plus avec Shi Meng, pendant qu’eux se dirigent vers Hong Kong, qu’ils ont eu l’occasion de visiter avant d’embarquer dans l’avion du retour. Quelques jours à Nanchang, et retour à Wudang, d’où je n’ai pas bougé depuis la fin du mois d’octobre.

Village ethnique à Yangshuo - 100% FAKE, 100% Chinois

Je dois admettre que ma passion du moment, ce sont les chinoises au lit… Pardonnez-moi l’expression, mais c’est la stricte vérité, et ici, je raconte tout :) Donc, oui, je n’arrête pas, vive la Chine ! Quand je sors dans la rue ici, je suis pire qu’un animal en rut, mais plus fourbe et plus malin à la fois…

En passant, je m’attelle à l’écriture quotidienne d’articles sur le blog Miwim, histoire de faire un peu de monnaie. Non pas que j’en manque vraiment, mais deux petits tours, en Thaïlande et surtout au Japon, sont envisagés, il va donc falloir un peu de ressources supplémentaires. La publication d’articles sur Miwim est une des principales raisons du manque de publication ici, mais je pense corriger cela très vite.

Noël approche, il faut que je me fasse envoyer des produits français ! Un repas de réveillon aux nouilles chinoises, ça ne le fait pas du tout !


La Chine, les expériences, les rencontres, « la » rencontre ?

Après un périple de quinze jours dans le sud de la Chine, me voici enfin arrivé à Wudangshan ! Deux nuits passées chez Marc (qui m’a d’ailleurs préparé de délicieux repas), il était temps de m’installer dans mon école de Kung Fu… mais… avant de vous parler du voyage et des journées dans l’école, je tiens à évoquer ce qui a été mon intérêt principal durant ces trois premiers jours ici… Une chose à laquelle je ne m’attendais pas, mais s’est pourtant belle et bien produite :) Inutile d’entrer dans les détails, une photo sera surement plus « parlante ».

Rencontre en Chine

Puisque j’ai promis de vous parler de toute mon « aventure », je vous présente Zeng Shi Meng, qui se fait appeler « Dream », signification du mot « Mèng » en Chinois. Pour les non-anglophones (puisque je sais qu’il y en a parmi mes lecteurs), il s’agit du mot « Rêve » en français. Et pour les nuls en informatique, sachez que vous pouvez agrandir les photos simplement en cliquant dessus :) Mis à part ces quelques détails techniques, il y a une partie de la soirée que je ne raconterai pas… ho, une dernière chose, elle était présente dans cette école de Wudang uniquement pour une semaine, et je n’ai pu la voir que trois jours (deux jours et demi en fait), et je dirai que c’est bien comme ça, car je n’aurais jamais pu apprendre le kung fu correctement en sa présence :)

Quoi qu’il en soit, dans les mois à venir, je me rendrai dans la province du Guangxi, et plus précisément dans la ville de Nanchang, dans laquelle elle fait ses études. « A promise is a promise »… une deuxième pour la route ?

Zeng Shi Meng

Bon, en attendant, je me suis endormi à 3h30 et réveillé à 4h20, donc j’irai bien faire la sieste après le déjeuner du midi…


Hong Kong, et la pin-up chinoise du village de Shui Tau

Photo Chinoise0h21, deuxième jour à Hong Kong, je ne sais même pas pourquoi j’écris à une heure pareille, alors que mon corps me réclame très fortement un matelas et un oreiller… mais il fallait tout de même que je vous raconte la petite découverte insolite de cet après-midi ! Après un réveil, assez difficile puisque relativement tôt, et avec la bonne claque du décalage horaire, nous voici partis pour un petit tour dans Hong Kong et ses alentours. Petit repas assez sympathique dans Central (un des nombreux quartiers de Hong Kong), direction Shui Tau, au Nord de Kam Tin Rd, par le métro, puis le bus… arrivés à l’endroit indiqué par notre cher guide Lonely Planet, petite déception, pas grand chose à voir, des bâtiments restaurés et qui font malheureusement un peu « trop neufs », et complètement vidés de toute histoire. Fort heureusement, nous avons persévéré, et nous nous sommes aventurer un peu plus loin dans le village. Après un petit tour, nous voici devant un arbre qui semble être une véritable attraction, puisqu’une quinzaine de photographes armés d’objectifs monstrueux sont en train de le photographier ! Un arbre comme on en voit beaucoup ici, et qui enveloppe complètement des parties de mur en béton ou en briques, mais celui-ci semblait en effet particulièrement imposant, assez pour attirer autant de photographes ? Bien sûr que non ! Il s’agissait en fait de tout autre chose !

Nous décidons donc de nous approcher de l’arbre en question, guidés par notre curiosité. Ho, la belle surprise, voici qu’elle apparaît devant nous, la pin-up chinoise de Shui Tau (oui oui, il y a bien une pin-up là bas…), placée sous la voûte naturelle créée par l’arbre ! Petites poses sexy, tenue très légère, ensemble assez agréable, mais de là à attirer autant de photographes… Nous n’avons posé aucune question, mais elle semblait amusée de voir des occidentaux s’arrêter, puisqu’elle s’intéressait au moins autant à notre petit appareil photo qu’aux mastodontes optiques braqués sur elle ! Pour le souvenir, petite photo, qui sera classée dans la catégorie insolite, puisque le fait de tomber sur un shooting photo sexy en plein milieu d’un village tel que Shui Tau était vraiment improbable.

Pin-up chinoise

Retour dans la soirée, non loin de Tsim Sha Tsui (là où se trouve notre chambre), pour faire un petit tour dans le marché de nuit. Une petit tour qui aura été bien grand finalement, puisque ce marché s’étale sur plusieurs rues, couvrant une surface impressionnante ! Malheureusement, plus de batterie dans l’appareil, donc aucune photo du marché à vous proposer. Sachez juste qu’on y trouve de tout et n’importe quoi, et surtout n’importe quoi… babioles dans intérêts, produits contrefaits, vêtements, nourriture, sex shops, globalement tout ce qu’on peut trouver dans les rues de Hong Kong est concentré dans ce marché, à quelques exceptions près. Quelques photos de la journée…

Crevettes Bubba Gump

Forrest Gump en Chine

Globalement, et avec un peu de recul, je dirai que Hong Kong est une ville de dingue ! C’est vraiment un autre monde, une autre « sphère », que je trouverai tout de même totalement insupportable sur le long terme. Véritable concentré de terreur, où la société de consommation est représentée dans toute sa « splendeur » (ou plutôt son horreur…), cette ville vous donne l’impression de déambuler au beau milieu d’une foule de zombies, qui regardent droit devant eux, sans jamais échanger un regard, se ruant des dans centres commerciaux démesurés, y dépenser leurs dollars afin d’acquérir le dernier gadget inutile qu’ils se sont mis en tête d’acheter… C’est une description un peu raccourcie, mais c’est bien comme ça que ça se passe !

Hong Kong

Hong Kong